Vigeo Eiris

En savoir plus sur l’Investissement Socialement Responsable (ISR) et la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE).

Le mot « Vigeo » vient du latin et signifie « être sur le qui vive, garder l’œil ouvert ». De cette racine latine, le français a conservé deux mots: « vigie » et « vigilance ».
« Eiris » est issu d’un acronyme pour « ethical investment research services », mais EIRIS a évolué pour offrir une  recherche ESG plus large en complement de son screening éthique. Les valeurs d’EIRIS restent ce qui décrit le mieux l’agence : recherche avec intégrité, esprit de collaboration, vision globale, une passion et  un attachement pour l’investissement responsable.
En Décembre 2015, Vigeo et Eiris ont fusionné créant ainsi l’agence Vigeo Eiris.
Le 1er novembre 2010, l’ISO (International Standard Organization) a publié la norme ISO 26000 ‎intitulée « ‎Lignes ‎directrices relatives à la responsabilité sociétale ». Comme dans la méthodologie de Vigeo Eiris « EQUITICS », la définition ‎de la responsabilité sociale adoptée dans la ‎norme ‎s’appuie sur la notion de « respect des normes ‎internationales de ‎comportement ». Les ‎méthodes d’analyse de Vigeo Eiris sont de ce fait pleinement ‎compatibles ‎avec la norme dont toutes les recommandations sont d’ores et déjà contenues dans ‎notre ‎référentiel de notation.‎
Le GRI ne constitue pas un référentiel d’objectifs de responsabilité sociale mais un guide d’organisation de ‎l’information relative à la responsabilité sociale.
Vigeo Eiris soutient cette initiative de standardisation des ‎informations et indicateurs de RSE et de structuration du reporting ESG.‎
Non, Vigeo Eiris dispose de deux systèmes d’information séparés et sécurisés. ‎Les équipes dédiées à la Recherche ISR (Vigeo Eiris Rating) et aux services en Responsabilité Sociale aux Entreprises (Vigeo ‎Eiris Entreprise) ont un management et une organisation autonomes. ‎
Moins de 1% des entreprises notées par Vigeo Eiris Rating sont clientes de Vigeo Eiris Enterprise.‎
Le choix de faire entrer des entreprises dans l’actionnariat de Vigeo Eiris est assumé. Il est motivé par la recherche d’un actionnariat pluraliste assurant essentiellement l’indépendance de l’agence. En renouvelant ou en accordant leur confiance à l’occasion d’une levée de capital en 2015, nos actionnaires ont marqué leur adhésion à la création d’une agence mondiale d’analyse extra-financière œuvrant – grâce à une production alliant professionnalisme, qualité et R&D – à la promotion d’un standard de marché.

Pour autant, le potentiel conflit d’intérêt théorique n’est pas ignoré.
Pour se prémunir des jeux d’influence, les statuts de Vigeo Eiris limitent à 25% du capital la participation de tout actionnaire, et à 2% la participation des entreprises qui ne sont pas des acteurs de la finance. À ce jour, la participation des entreprises actionnaires non acteurs financiers varie entre 0,22% et 0,95%, et la participation des acteurs de la finance entre 0,04% et 10,01%.

Le conseil d’administration est constitué de représentants issus des trois collèges, ainsi que de trois administrateurs indépendants. Chaque collège se voit de droit attribuer deux sièges. Les actionnaires détenant au moins 9 % ont droit à un siège supplémentaire.

Enfin, le Groupe Vigeo Eiris s’est doté d’un Conseil scientifique, constitué d’universitaires et d’experts, tous indépendants, contribuant à l’indépendance, au professionnalisme et à l’éthique dans les affaires de l’entreprise. Le Conseil scientifique conseille et oriente l’agence sur ses approches méthodologiques et s’assure de leur respect dans les productions réalisées en direction de ses clients.

Les institutions internationales sont productrices de normes de droit international et de recommandations à l’attention des entreprises. Ce sont les sources à partir desquelles Vigeo Eiris a élaboré son référentiel.
En interne, les collaborateurs sont attentifs à l’évolution des standards et à la production normative des organisations internationales, afin, le cas échéant, de faire évoluer notre référentiel.
Nombre d’organisations internationales (ONU, OIT, OCDE…) ont fixé des standards à l’attention des ‎entreprises. ‎
Ceux-ci prennent la forme de recommandations, de principes directeurs, de déclarations… qui font référence à ‎des principes universellement reconnus : par exemple, l’interdiction du travail forcé et du travail des enfants, ‎la lutte contre les discriminations et la promotion de l’égalité des chances, la lutte contre la corruption‎.
C’est à partir de ces principes que Vigeo Eiris a construit son référentiel, consultable ici.
En 1987, le rapport Bruntland – du nom de la Présidente de la Commission Mondiale sur l’Environnement et le ‎Développement, également Premier ministre de la Norvège – définit le développement durable comme :‎
‎ »un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de ‎répondre aux leurs […] et plus particulièrement des besoins essentiels des plus démunis […] ».
L’expression « développement durable » a été consacrée en 1992 au Sommet de Rio.‎
L’ISR (Investissement Socialement Responsable) désigne une forme d’investissement qui prend en compte des ‎critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) au-delà des seuls critères financiers ‎traditionnels. ‎
L’univers d’investissement est composé d’entreprises qui ont identifié les enjeux de responsabilité sociale qui ‎les concernent et œuvrent pour la maîtrise des risques associés. ‎
L’ISR est l’application des principes du développement durable aux activités d’investissement.
L’investissement éthique s’appuie sur des convictions philosophiques, religieuses ou morales, d’investisseurs ‎individuels ou collectifs, qui excluent de leur univers d’investissement des valeurs dont l’activité ou les lieux ‎d’implantation sont jugés contraires à leurs convictions. ‎
Sa forme la plus courante est la sélection d’un univers d’investissement par exclusion d’entreprises ‎impliquées, par exemple, dans la production d’alcool, de tabac, l’énergie nucléaire, le jeu, la ‎pornographie…
L’entreprise du 21ème siècle est affectée par des domaines qui ne relèvent pas de sa seule performance ‎économique : respect des droits de l’Homme, gestion des ressources humaines, comportement sur les marchés, ‎protection de l’environnement, gouvernance d’entreprise, engagement sociétal.
Autant de facteurs pouvant altérer la réputation, le développement de l’entreprise et son attractivité sur ses ‎marchés s’ils ne sont pas maîtrisés.
Vigeo Eiris définit la responsabilité sociale de l’entreprise comme un engagement managérial visant à prendre en compte ‎les droits, les intérêts et les attentes de ses parties prenantes et à en rendre compte dans une perspective ‎d’amélioration continue de ses performances et de maîtrise des risques.‎
Oui, par définition, puisque les Principes d’Investissement Responsable de l’ONU incitent les investisseurs à ‎s’engager dans la prise en compte de critères sociaux, environnementaux et de gouvernance. Vigeo Eiris est signataire des PRI et est présent à leur board.
Vigeo Eiris propose aux signataires des PRI toute une gamme de services et d’outils leurs permettant de définir et ‎déployer une démarche d’investissement responsable.
unpri.org
Oui, les 10 principes du Global Compact sélectionnent des objectifs de responsabilité sociale recommandés ‎aux entreprises et ces objectifs sont issus des conventions et normes internationales à partir desquels Vigeo Eiris ‎a construit son référentiel.‎
Vigeo Eiris Rating, adhérant au Global Compact, a développé pour les investisseurs un produit spécifique permettant d’identifier les entreprises en conformité ou en violation avec les principes du Global Compact.
Une politique d’Investissement Socialement Responsable peut se mettre en place de façon progressive et ‎personnalisée. ‎
Il est par exemple possible : ‎
+ d’investir en ISR sur tout ou partie d’un portefeuille,
+ d’utiliser une gestion active ou passive (par indice),
+ d’utiliser une formule clef en main (gamme Ethibel par exemple),
+ de définir une gestion sur base de critères propres.
D’après une étude produite par GSIA (Global Sustainable Investment Alliance), le marché de l’ISR mondial représenterait – à fin 2014 – 21,4 trillions de dollars soit une hausse de 61% par rapport à 2012 (où le marché était de 13,3 trillions de dollars).
Selon cette même étude, le plus gros marché reste l’Europe (63,7%) suivi des États-Unis. Ces derniers enregistrent la plus forte progression (76%) entre 2012 et 2014 contre 55% en Europe.

icon-download-34x36 Étude GSIA (en anglais)

 

De plus un nombre croissant d’acteurs de la finance internationale adhèrent aux Principes de l’Investissement Responsable avec la conviction que les risques environnementaux, sociaux et de gouvernance sont susceptibles d’influencer la valorisation de leurs investissements et qu’ils se doivent de les prendre en compte au titre de leur responsabilité fiduciaire. Cette initiative lancée en 2006 rassemblait plus de 1400 signataires internationaux issues de plus de 50 pays représentant 59 billions $ d’actifs.
unpri.org

icon-download-34x36 Brochure PRI

 

Pour en savoir plus, consulter les sites de :
+ GSIA : gsi-alliance.org
+ Novethic : novethic.fr
+ Eurosif : eurosif.org

Diverses études concluent que l’intégration de critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) ‎dans les décisions d’investissement n’impactent pas négativement la performance du rendement.
Sur le long terme, l’intégration d’éléments d’analyse ESG dans la gestion des portefeuilles doit en théorie ‎permettre une meilleure performance ajustée du risque, dans la mesure où elle permet une appréciation plus ‎complète des risques et opportunités liés à chaque investissement.‎
L’ensemble des classes d’actifs sont concernées par l’ISR : actions cotées, private equity, obligataire et ‎monétaire, immobilier.‎
La collecte d’information est multi-sources :
+ auprès de l’entreprise : les analystes sollicitent l’entreprise pour recueillir les informations nécessaires à leur notation. ils consultent par ailleurs les documents publics ‎disponibles (rapport annuel, document de référence, rapport de développement durable, rapport intégré, communiqués,
+ auprès des parties prenantes : les analystes s’appuient sur la communication des acteurs et observateurs de terrains ‎tels que les syndicats, les ONG, les organisations internationales pour croiser les informations ‎obtenues des entreprises.

Vigeo Eiris n’inclut pas dans son processus d’analyse, des informations dont on ne peut tracer la source ou communiqués par des parties prenantes non identifiables. Par conséquent, les communications orales non référencées ou les lettres anonymes envoyées à l’agence ne sont pas prises en compte.‎

À ce jour différents labels ISR existent.
Le tout premier label ISR, créé par Novethic a été créé en 2009. Jusqu’en 2016, ce label a été attribué, chaque année, à plus d’une centaine de fonds européen intégrant des critères ESG dans la gestion financière.
Le Label ISR Novethic

Un second label, le label FNG, a également vu le jour en 2014. Fruit du partenariat stratégique en le Forum pour l’Investissement Responsable Allemand et Novethic, ce label a pour objectif de promouvoir et récompenser les fonds intégrant des critères ESG dans les pays germanophones. Ce label a été attribué pour la première fois en 2015.
Le Label FNG

Le premier label ISR public a été créé en France en 2016. Annoncé par le Ministre des Finances et des Comptes publics lors de la journée inaugurale de la semaine de l’Investissement Socialement Responsable, le 28 septembre 2015, ce label a été acté lors de la parution du décret d’application et de son arrêté le 8 janvier 2016. Le cahier des charges de ce label est défini par les pouvoirs publics et de même que ces modalités d’attribution.
En savoir plus sur le Label ISR public en France

Pour en savoir plus : novethic.fr